Le sarrasin : l’un des meilleurs candidats à la double culture

Beaucoup de cultures sont envisageables en mode dérobée, mais le sarrasin est sans doute l’une des meilleures plantes pour la double culture due à la courte durée de son cycle. Selon les conditions climatiques, la réussite des cultures dérobées n’est pas la même. On peut dire que le sarrasin est parmi celles qui s’en sortent plutôt bien, peu importe le type de climat. 

Le sarrasin en dérobée

Le sarrasin est l’espèce la mieux adaptée à la double culture grâce à sa fréquence de réussite assez élevée par rapport aux autres plantes. Le rendement seuil estimé pour l’année de récolte du sarrasin est de 1 an/2 pour un rendement de 8 q /ha. L’implantation d’une dérobée de sarrasin en graine est une grande occasion à ne pas rater en cas d’une récolte prématurée de la culture principale. Une récolte va permettre de valoriser la culture ou va servir simplement de couverture végétale. D’après les agricultures qui sèment le sarrasin en dérobée, cette culture demande un léger travail de sol qui n’est pas un sol tassé. Toutefois, ceux qui la sèment en direct n’ont rencontré aucun problème.     

Pourquoi choisir le sarrasin ?

Outre son prix pas cher, il n’est pas gourmand en intrants. La fertilisation n’est pas favorable à cette plante de sol. Il faut plutôt l’implanter dans des conditions avec de faibles disponibilités en azote en vue de ne pas pénaliser la production de graines. Il ne faut pas cultiver le sarrasin sur des terres poussantes pour ne pas favoriser une végétation fourmillante. Comme la fécondation du sarrasin est uniquement faisable par les insectes, implantez des ruches pour l’améliorer. Du côté débouché, le sarrasin est l’une des cultures secondaires très compétitives avec un réel marché à part les couverts. Cette plante est une solution de remplacement idéale dans le cas d’un retournement de culture très sale. 

Les conditions de semis du sarrasin

Le sarrasin est extrêmement sensible au froid, vous pouvez observer les dégâts de gel dès 0 °C. C’est la raison pour laquelle, elle ne devrait être semée que lorsqu’il n’y a plus de risque de gelées printanières. En général, le moment idéal est à partir du 15 mai et jusqu’en début de mois de juin pour les étaler. Quant à la profondeur, le semis devrait être semé entre 2 et 3 cm. La densité de semis du sarrasin n’est pas modulée en fonction du type de sol. Il requiert seulement un sol avec une excellente réserve hydrique en période de floraison de culture. Du 15/5 au 01/6, la densité est de 30 à 40 kg/ha pour 150 à 200 grains/m2. Comme pour les céréales, l’implantation du sarrasin se fait avec un écartement standard.    

Urgence agriculture : prendre soin des abeilles et autres pollinisateurs
Le chanvre, très adapté à l’agriculture de conservation