Quelle stratégie pour combler les déficits fourragers ?

L’absence de pluie et un hiver durant trop longtemps entrainent une diminution des stocks de fourrage. Les éleveurs peuvent traverser du déficit fourrager plus ou moins important jusqu’aux récoltes de maïs. Des stratégies permettent de pallier le manque de fourrage.

Modérer les rations de fourrage pour l’élevage

Le déficit de fourrage existe toujours après la sécheresse. Il importe d’opter pour l’adaptation des rations. Optimiser les marges alimentaires par rapport au kilogramme de viande ou par rapport au litre de lait. Les animaux peuvent ainsi être nourris selon la marge alimentaire. Par ailleurs, il existe une stratégie plus simple et moins couteuse pour combler les déficits fourragers. Il s’agit d’acquérir des fourrages grossiers tels que l’herbe ensilage, le maïs ensilage. Toutefois, il faut veiller aux équilibres alimentaires des animaux. Les déséquilibres provoquent une diminution des performances de production. A moyen et long terme, ils baisseront les résultats de reproduction. En effet, la ration doit être bien équilibrée.

Adopter de coproduits et réserver le fourrage de qualité aux animaux spécifiques

De nombreux produits peuvent être utilisés comme substituts fourragers pour pallier les déficits fourragers. Ils proviennent de l’industrie agroalimentaire comme les drêches de brasserie, le lactosérum, les pulpes de betteraves. Les coproduits concernent également les produits de l’exploitation. Il s’agit de la canne de maïs, des pailles de pois et de céréales. Les légumes et les fruits peuvent aussi être utilisés comme substituts de fourrages. Bien veiller aux conditions de stockage des coproduits à la ferme. Tous les animaux peuvent se nourrir de ces coproduits en complémentarité du fourrage. Cette stratégie est pertinente pour garder aux certains animaux ayant des besoins forts les fourrages de haute qualité.

Orienter la production de fourrage vers les variétés précoces

Le déficit de fourrage peut affaiblir considérablement l’élevage. Il faut anticiper une stratégie performante. Les semences maïs à cultiver nécessitent d’être prises en considération. Orienter la culture de fourrage vers les variétés précoces. Ces dernières s’ensilent plus tôt. Elles permettent de constituer des stocks plus tôt dans la saison. Elles produisent également davantage de fourrages.

Le déficit fourrager peut atteindre tous les éleveurs. Des stratégies permettent de pallier ces manques de stocks de fourrage. L’éleveur peut modérer les rations des animaux tout en veillant à leur équilibre alimentaire. L’adoption de coproduits aide considérablement dans la nourriture des bétails. Ces substituts permettent de privilégier les fourrages de qualité aux animaux dans le fort besoin. Une stratégie de long terme concerne la culture des variétés de fourrages précoces pour des nourritures bien équilibrées.

La reproduction, une valeur essentielle en élevage de bovin allaitant
Sélection et génétique, des valeurs ajoutées pour l’élevage bovin