Permaculture : cette méthode est-elle réservée au seul potager ou pour l’agriculture en général ?

Les inventions et l’exploitation massive des humains, en vue de subvenir à leurs besoins, sont les principales sources de la dégradation de l’environnement. Créée en 1970 par Bill Mollison, la permaculture se présente comme étant une solution durable pour alléger cette réalité. Le concept calque le processus de production de la nature ou de la régénération biologique. En d’autres mots, qui ne cumuleront aucunement de déchets et garantissent une synergie mutuellement bénéfique pour les éléments participatifs. Qu’il s’agisse d’animal, de végétal et climatique, etc.

La permaculture, qu’est-ce que c’est exactement ?

La permaculture est un biomimétisme du fonctionnement de divers systèmes naturels. Ce concept tient ainsi à créer un système de production et de culture en s’inspirant du cycle naturel et des relations symbioses dans l’écosystème. Elle touche la collecte d’eau, la production d’énergie, la construction naturelle, la foresterie, la gestion de déchets, l’agriculture. Bref, dans tous les points clés de la vie quotidienne qui contribuent à une même cause, la préservation de l’environnement et la création d’une culture permanente sont également concernées, tout en arrivant à fournir de manière durable et éthique les besoins matériels et non-matériels des humains. Le concept mobilise alors la terre, les ressources humaines et matérielles et environnementales pour y parvenir. Selon ses partisans, le changement peut s’opérer en ayant un potager dans son jardin.

Quelques principes de la permaculture

Pour apporter de l’innovation, les partisans de la permaculture encouragent ses entourages à devenir des producteurs au lieu des consommateurs, et ce, quelle que soit l’échelle de la culture. Certains l’ont déjà adoptée le concept dans leur potager. En effet, le principe de la permaculture stipule la création d’un sol fertile, là où les sols sont inertes. Pour ce faire, beaucoup y intègrent par exemple des bûches de bois pourris, y étalent ensuite des débris de feuilles et de bois et couvrent le tout avec du carton. Cela dans le but d’éviter la circulation d’air et apporter de l’humidité accélérant la décomposition des matières organiques. En outre, le non-usage des engrais chimiques et les pesticides sont aussi sollicités. Ces produits appauvrissent le sol. À la place, les partisans conseillent l’utilisation des fertilisants bio tels que les matières issues des composts.

La permaculture dans un potager et l’agriculture en général

Beaucoup pensent que la permaculture n’est pas applicable dans l’agriculture de grande envergure. Déjà expérimentée par de nombreux agriculteurs en France, la permaculture peut très bien être transplantée dans l’agriculture à grande échelle. Toutefois, comparée à l’agriculture conventionnelle, qui utilise des produits chimiques, la rentabilité demande un peu de temps pour être satisfaisante et notoire. Cela demandera alors de la patience et de la volonté. La connaissance de principes, des stratégies approfondies de la permaculture est aussi requis pour pouvoir être compétitifs et productifs.

Des connaissances particulières sont-elles nécessaires avant de se lancer dans la permaculture ?
On parle beaucoup de recyclage en permaculture : que puis-je recycler ?